Les sociétés à responsabilité limitée (SARL) constituent plus de 40 % des entreprises créées en France ces dernières années. En effet, lorsque ce statut correspond à votre entreprise, il peut vous faire profiter de plusieurs avantages. Mais avant de se lancer et pour éviter des problèmes d’ordre juridique liés au statut de l’entreprise, il est important de connaître les formalités de création des SARL.

Formalités de création d’une SARL

Plusieurs démarches sont nécessaires et parfois indispensables pour créer une SARL. Avant tout, les associés se concertent pour désigner un gérant qui sera le représentant légal de la SARL. La prochaine étape est l’évaluation des apports en nature. Les apports en nature doivent être évalués par un commissaire aux apports, sauf s’ils ne dépassent pas la moitié du capital social ou n’atteignent pas la barre de 30 000 €. Après l’évaluation des apports en nature, il faut ensuite rédiger et enregistrer les statuts. Les statuts doivent prendre en compte la feuille de route de l’entreprise et doivent être signés par l’ensemble des associés avant d’être enregistrés au SIE.

On passe ensuite à l’ouverture du compte bancaire professionnel pour déposer les fonds de l’entreprise. Une fois cette étape atteinte, le moment est venu de publier l’avis de constitution dans un JAL. Pour finaliser la création de la société, le gérant doit déposer le dossier au CFE (centre de formalité des entreprises). Le dossier doit comporter : les statuts, le formulaire MO, l’attestation de publication dans un JAL et celui de dépôt des fonds, etc.

Avantages liés à la création d’une SARL

L’avantage majeur qu’offrent les SARL est la possibilité de limiter les responsabilités des associés et du gérant. De plus, la création des SARL est beaucoup plus facile, comparer à celle des SA ou SAS. Pour les SARL, les associés sont libres de définir le montant de leur capital social, tout en prenant compte de la taille et des besoins de l’entreprise. Ajoutons que la gestion des SARL est aussi accessible à tous, car son fonctionnement est encadré par la loi et régi par les statuts. Elle permet aussi de facilement maîtriser le régime social du gérant de la société. En fonction de son statut d’associé, minoritaire ou majoritaire, il peut être travailleur salarié et bénéficier de moins de 50 % des parts ou non-salarié et bénéficier de plus de 50 % des parts.

Du point de vue fiscal, une SARL peut avoir à payer, sous certaines conditions (chiffre d’affaire, nombre de salarié, etc.), de l’impôt sur le revenu.