Aménagés spécialement pour garer les véhicules, les parkings prennent aujourd’hui plusieurs aspects afin d’améliorer la qualité du service et les capacités de stationnement. En surface, aériens, souterrains ou en superstructure, tour d’horizon sur les différents types d’ouvrages de stationnement existants avant d’implanter un parking dans sa ville.

Les parkings en surface

Très courants dans les communes de faible ou moyenne densité, notamment en zone d’activité commerciale ou industrielle, les parkings en surface comprennent :

  • Le stationnement en voirie : le long d’une rue, d’un quai…
  • Les espaces réservés au stationnement entre les bâtiments : publics, privés, anciens terrains vagues…

Situé en extérieur et de plain-pied, ce type de parc de stationnement est très apprécié pour ses multiples avantages :

  • Facilité d’accès et de manœuvre ;
  • Accès piéton rapide ;
  • Aucun risque de confinement d’un incendie ;

Les parkings de surface procurent entre autres un sentiment de sécurité grâce à l’absence de poteau.

Les parkings aériens à étages

Aussi appelé parking silo, le parking aérien à étages est construit sur plusieurs niveaux. Il bénéficie d’un coût de construction moins élevé par rapport aux parkings souterrains et se distingue par sa meilleure ventilation. On distingue trois principaux modes de construction :

  • En béton ;
  • Structure métallique ;
  • Mixte : béton/métal

Ce type d’ouvrage de stationnement présente de nombreux avantages financiers et sanitaires, à savoir :

  • Un coût de construction réduit : la mise en place d’un parking en silo métallique s’élève entre 8 000 € HT et 12 000 € HT, soit environ la moitié du coût d’un parking souterrain.
  • Des frais de maintenance et d’exploitation moins élevés : éclairage, système de ventilation…
  • Le confort, la sécurité et la santé : lumière et ventilation naturelles.

Les parkings fermés ou souterrains

Comme leur nom l’indique, les parkings souterrains ou fermés sont situés sous des bâtiments d’habitation ou d’équipements tels que gares, aéroports, etc. Ils sont construits sur plusieurs niveaux afin d’offrir un stationnement de grande capacité.

Même si ce type d’ouvrage est souvent associé à un faible confort d’utilisation (accès, manœuvres…), de visibilité ou encore un sentiment d’insécurité, son impact est limité sur le paysage urbain, car il est presque invisible de la surface, sauf les sorties de secours et les voies d’accès.

Aujourd’hui, les parkings souterrains sont obligatoires pour toutes les constructions d’immeubles d’habitation, notamment dans les zones urbaines, avec diverses prescriptions en matière de sécurité :

  • Aération ;
  • Lutte contre l’incendie ;
  • Sorties de secours…

Les parkings en superstructure largement ventilés (PSSLV)

Les parkings aériens se déclinent en plusieurs types d’ouvrage et les parcs de stationnement en superstructure largement ventilés (PSSLV) en font partie. Ces derniers sont dotés de larges ouvertures en façade afin d’offrir une ventilation naturelle. Dans le détail, des baies latérales de ventilation assurent les échanges d’air intérieur/extérieur sans dispositif mécanique.

Le plus grand avantage de ce type d’ouvrage est l’économie d’énergie électrique, car au lieu d’utiliser des éclairages, on profite de la lumière extérieure grâce aux ouvertures en façade.

Pour implanter un parking dans sa ville, le recours au service d’une entreprise spécialisée telle que Park’Up sera vivement recommandée.